aller au contenu

Cookies sur les sites web de l'UE

Nous utilisation les cookies dans le but unique d'améliorer votre experience sur notre site. Si vous continuer sans changer vos paramètres vous recevrez des cookies ou changer vos paramètres cookie à tout moment.

Continuer
 
 
 
10/03/2017

Compte-rendu de la soirée-débat : Les droits de l’homme et la lutte contre la violence à l’égard des femmes

En décembre 2016, le prix Sakharov pour la liberté de l’esprit était décerné à Nadia Mourad Bassi Taha et Lamiya Aji Bachar, deux jeunes yézidies survivantes de Daech qui ont donné une voix aux femmes victimes de violences sexuelles de la part d’organisations terroristes.

A l’occasion de la Journée internationale de la femme, Lamiya Aji Bachar, ainsi que Hauwa Ibrahim, lauréate Prix Sakharov 2005, et Denis Mukwege (en vidéo conférence), lauréat Prix Sakharov 2014, participaient à une soirée-débat : Les droits de l'homme et la lutte contre la violence à l'égard des femmes organisée par le Bureau d’information du PE en Belgique conjointement avec Odisee, KULeuven, UCL, Université Saint-Louis.

D’autres personnalités étaient venues enrichir le débat : Alexander De Croo, vice-Premier ministre et ministre de la Coopération au développement du gouvernement fédéral belge, les eurodéputées Marie Arena (S&D, PS) et Hilde Vautmans (ADLE, Open VLD), Sébastien van Drooghenbroeck, doyen de la faculté de Droit de l’Université Saint-Louis, Sylvie Sarolea, professeure de Droit (Droits de l'homme et migrations) à l’UCL et, pour clôturer, Steven Vanackere, administrateur universitaire à KU Leuven Campus Brussel et Campus Sint-Lucas Brussel.

La soirée s’est déroulée sous le signe de l’espoir, mais aussi du devoir d’action de chacun et de tous, pour les droits de l’homme, pour l’égalité des genres et pour lutter contre la violence à l’égard des femmes

Des valeurs universelles

On aurait tort de réduire l’Union européenne à un projet économique. L’Union européenne, Alexander De Croo nous le rappelle, a été bâtie sur des valeurs : démocratie, dignité humaine, liberté, égalité, état de droit et respect des droits de l’homme. L’Union représente l’espoir, c’est un modèle de paix, de liberté et de respect de la diversité. Il est du rôle de l’Union européenne de défendre et de promouvoir ces valeurs car elles sont universelles. Comment ? En défendant les droits de l’homme, et de la femme ! Les États européens se sont engagés via les 17 Objectifs de développement durable et cet engagement doit être honoré.

Lutte contre la violence à l’égard des femmes

Le témoignage poignant de la lauréate du Prix Sakharov 2016, Lamiya Aji Bashar, a mis la lutte contre la violence à l’égard des femmes au centre du débat. Le récit de cette jeune fille victime et rescapée de Daech a ému toute l’assemblée.

Ses demandes pour plus d’action de la part de l’Union européenne et de la communauté internationale afin de défendre les droits des femmes dans le monde et d’éviter que son histoire ne doive se répéter ne peut laisser personne de marbre.

Droit à l’éducation

Le droit à l’éducation est fondamental pour permettre aux femmes d’être indépendantes et autonomes. Le développement des pays augmente lorsqu’on investit dans l’éducation et le soutien aux femmes.

À travers son témoignage de lutte constante pour le droit des femmes, Hauwa Ibrahim insiste sur l’importance d’une éducation inclusive et de qualité, mais aussi axée vers le marché du travail afin d’offrir aux femmes, et aux hommes, des opportunités dans leur pays. Il faut se poser ces questions lorsqu’on parle d’éducation : « quelle éducation, pour qui, à quel effet et quelle utilisation peut en être faite ? ». La politique étrangère de l’Union européenne, pour être efficace, doit assurer dignité, justice, équité et opportunités.

« Il faut remettre l’oxygène là où il a sa place ». Hauwa Ibrahim

Soutien aux victimes

« Il faut la justice pour les victimes, et l’impunité pour les crimes doit stopper »

Dans son récit, Lamiya nous parle de l’importance du soutien aux victimes de violence, un point également partagé par Hilde Vautmans et Denis Mukwege. L’accès aux soins et à l’éducation sont fondamentaux pour permettre aux femmes de se reconstruire et de se réintégrer dans la société.

La reconstruction des victimes va plus loin. Une aide juridique doit être fournie et les auteurs de violence ne peuvent rester impunis, qu’il s’agisse d’un viol ou, pour Hilde Vautmans, d’une insulte sur facebook, ici ou ailleurs. Denis Mukwege et Sébastien van Drooghenbroeck, appellent les gouvernements nationaux à assumer leur responsabilité : protéger la population et les femmes, poursuivre les auteurs de crimes et soutenir les victimes. La Convention d’Istanbul et la Cour européenne des Droits de l’Homme pourraient jouer un rôle dans la poursuite de ceux qui ne respecteraient pas leurs devoirs de protection, d’enquête, de punition et de réparation pour les victimes.

Protéger les femmes lors des crises et des déplacements forcés

Marie Arena et Sylvie Sarolea ont quant à elles abordé le sujet très actuel des droits des femmes et de leur protection dans les situations de crises et lors des déplacements forcés.

Le droit international n’offre pas de protection à ceux qui quittent leur pays pour en rejoindre un autre. Il n’existe aucune condition de sécurité et aucun accompagnement lors des déplacements forcés vers un ‘refuge’. Or, les femmes sont particulièrement vulnérables dans ce contexte et sont souvent victimes de violences physiques et sexuelles, que ce soit lors de leur voyage ou dans les camps de réfugiés.

Pour Marie Arena, il est aussi important que le Parlement européen s’attaque aux causes des crises et de la migration forcée. Les accords internationaux entre l’Union européenne et les pays tiers ne peuvent créer de conditions qui contribuent aux crises.

Ce qu’on retient

Le combat pour les droits des femmes et contre les violences à leur égard est loin d’être fini. Ce sont pourtant des droits universels.

Comme l’a si bien dit Hauwa Ibrahim, la Journée internationale des femmes était le 8 mars mais le combat continue car « chaque jour est une journée de la femme ».

En savoir plus

Des photos

Tu peux visionner l'ensemble des interventions:

  • Sjerp VAN DER VAART, chef du Bureau d'information du Parlement européen en Belgique
  • Mia SAS, directrice-générale Odisee hogeschool
  • Keynote: Alexander DE CROO, Vice-Premier ministre et ministre de la Coopération au développement du gouvernement fédéral belge
  • Lamiya AJI BASHAR, lauréate Prix Sakharov 2016
  • Denis MUKWEGE, lauréat Prix Sakharov 2014 (message vidéo)
  • Hauwa IBRAHIM, lauréate Prix Sakharov 2005
  • Panel:
  • Marie ARENA, Membre du Parlement européen (PS, S&D)
  • Hilde VAUTMANS, Membre du Parlement européen (Open VLD/ADLE)
  • Sébastien VAN DROOGHENBROECK, doyen faculté de Droit Université Saint-Louis
  • Sylvie SAROLEA, professeur Relations internationales UCL
  • Steven VANACKERE, administrateur universitaire, KU Leuven Campus Brussel et Campus Sint-Lucas Brussel